au menu d' EKWO
LES AUTRES DOSSIERS
Mexique : le Message des Peuples Indigènes NOUVEAU
Sous les déchets la plage NOUVEAU
Pollution atmosphérique & biosurveillance NOUVEAU
Nature sur Mesure NOUVEAU
Balade en Forêt Transgénique NOUVEAU
L'arbre qui cache le Forfait NOUVEAU
Ozone au balcon,
pollutions au salon

Forêt désenchantée
Coktail informatique
Chamane au parfum
Mongolie vers la fin du nomadisme
Homo-destructor
Les passionautes
Abeilles dans le guêpier
Beedie's Story
Briquets jetables
Roumanie, les portes de fer s'ouvrent
Afganistan
Argentine
Des oasis à la révolution bleue

 

En savoir plus
www.afghana.org

 

 

AFGHANISTAN

Une guerre "juste", disait-on, pour libérer un peuple de l’oppression d’un régime obscurantiste qui voilait les femmes derrière des grillages bleus et détruisait des bouddhas centenaires de Bâmyân. Une guerre au nom de la"lutte contre le terrorisme international".

Qu’en est-il de l’Afghanistan aujourd’hui ?


Deux ans après la chute des talibans


L’état des lieux reste en demi-teinte. Les imprimeurs profitent de la nouvelle manne libertaire dont jouit la presse. Les couvertures laminées des magazines multicolores s’exposent fièrement sur les présentoirs des vendeurs ambulants. Partout, les petites échoppes se multiplient et on y vend de tout, de la savonnette "made in Pakistan" aux copies de DVD des derniers films sortis en Occident.
La musique a repris ses droits. Kaboul est une ville qui ne chante plus uniquement les plaintifs Allah Akbar des mosquées. Les écoliers ré-empruntent le chemin de l’école, installée sous les grands marabouts de l’Unicef.
Sans les énormes Land Cruiser blancs des agences de l’ONU et les véhicules blindés de l’ISAF (Forces Internationales de Sécurité) qui sillonnent les rues, on pourrait presque croire que rien ne s’est passé par ici…

Un pays en ruine
Et pourtant les stigmates de la guerre se décèlent dès que l’on quitte Shar-e-Naw pour le nord de la ville. Là, ce sont des champs de ruines à perte de vue, où des habitats de fortune en bâches plastique du HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) apparaissent au milieu des décombres. Un peu plus loin encore, dans la plaine de Shamali qui mène au Panjsher, au nord de Kaboul, les carcasses rouillées de chars gisent sur le bord des routes. Les chenilles des tanks servent de ralentisseurs à l’entrée des villages. Les autres morceaux d’acier récupérables renforcent les soubassements des ponts. Les douilles d’obus consolident les poutres porteuses des maisons.
L’art de la récup’ à l’afghane.

Une reconstruction trop lente
La communauté internationale avait annoncé en janvier 2002 une aide à la reconstruction de l’Afghanistan s’élevant à 4,5 milliards de dollars US. Mais depuis lors, les fonds sont parvenus au compte-goutte, alimentant en premier lieu l’installation à Kaboul de la lourde et onéreuse machine onusienne. Les mécontentements augmentent de la part d’une population dont les attentes sont grandes et qui tarde à bénéficier des fruits de l’aide. Alors que 4,3 millions d’Afghans souffrent toujours de la faim, les programmes de nutrition d’urgence mis en place par les ONG ne représentent plus une priorité pour les bailleurs institutionnels. L’aide tend par ailleurs à se concentrer sur la capitale, pour des raisons politiques, mais aussi pour des raisons liées à l’insécurité régnant dans les provinces.



Une économie dévastée
Vingt-trois années de guerre ont totalement ravagé l’économie, essentiellement agricole, du pays. Si les échanges commerciaux avec les pays voisins ont pu reprendre, un grand nombre de paysans ont fuit les campagnes truffées de mines antipersonnelles pour s’installer dans des logements construits illégalement aux abords des grandes villes. L’Afghanistan a retrouvé sa place peu glorieuse de premier producteur mondial d’opium. Les revenus tirés de la production viennent alimenter les mafias locales.

 

© EKWO

DOSSIER ENVIRONNEMENT & PHENOMENES

 

Reportage : Julie Billaud

 

L'insécurité, frein de la reconstruction
La stratégie américaine pour renverser le régime Taleb a reposé sur le soutien et l’armement des différents commandeurs de province. Si l’Alliance du Nord, composée essentiellement de Tadjiks, a pu reprendre Kaboul grâce au soutien de la coalition, les commandeurs des provinces ont remis la main sur leurs anciens bastions et rechignent à reverser l’impôt au gouvernement central. Les tensions sont grandes, au sein d’un gouvernement peu représentatif de la carte ethnique du pays où la présence Tadjik domine indéniablement. Enfin, la question du terrorisme est loin d’être réglée : les groupes armés islamistes ont trouvé refuge dans la zone tribale pakistanaise et continuent de déstabiliser le pouvoir central par de sporadiques attaques visant en priorité les représentants de la communauté internationale.Dans ces conditions, il devient difficile pour les acteurs de la reconstruction, de poursuivre leur travail dans certaines zones devenues "zones de non droit", où leur action n’est plus différenciée de celle des PRT (Provincial Reconstruction Team), mélange obscur du militaro-humanitaire déjà observé en Bosnie et en Somalie.

Face à la situation, la menace perdure
Dans un contexte politique aussi fragile, la marge de manœuvre du gouvernement de transition mené par Hamid Karzaï reste bien faible. D’abord, faute de moyens : le gouvernement reçoit à peine de quoi payer les fonctionnaires. Ensuite, parce que les mécontentements font le jeu des gouverneurs locaux peu enclins à coopérer avec un pouvoir perçu par une partie de la population comme étant "à la botte des Etats Unis".
Le deuxième homme du gouvernement, le ministre de la défense, n’est autre que le commandant Fahim, ex-bras droit de Massoud. On se demande, dans ces conditions, comment le processus de désarmement peut être mené de manière équitable. Les combats entre Atta (Jamiat) et Dostom (Jumbesh) pour le contrôle de la région nord (autour de Mazar el Sharif) ont repris de plus belle et rien ne laisse présager que les deux hommes trouvent un terrain d’entente dans le court terme.
L’assassinat récent par les Talibans d’une jeune employée du HCR dans la province de Ghazni et leur remontée en force dans les provinces de Khost et de Zabul (où ils contrôlent à présent 6 districts sur 7) sont autant de signes remettant en cause les perspectives d’une paix durable dans le pays.
Le début de la Loya Jirga, le 10 décembre, assemblée rassemblant les commandeurs des provinces pour voter une nouvelle constitution -par ailleurs fort controversée- et décider du début des éléctions générales, a été accompagné d’appels au boycott par les Talibans. Un tiers du territoire n’est plus accessible aux ONG, et les UN ont déjà commencé à rapatrier une partie de leur personnel. Or, le départ des humanitaires représente déjà une "petite victoire" pour les opposants au régime, qui y voient là une fantastique opportunité de récupérer les mécontentements. Alors, parler d’Afghanistan "libéré" ?
Oui, mais pour combien de temps encore...

(décembre 2004)