au menu d' EKWO
LES AUTRES DOSSIERS
La mariage...durable NOUVEAU
Le "bon" prétexte de l'écotourisme NOUVEAU
La fashion se met au bio et à l'équitable NOUVEAU
La Fête écolo NOUVEAU
Les Denst de la Terre NOUVEAU
L'arbre qui cache le Forfait NOUVEAU
Sexy écolo NOUVEAU
Piles pas nickel
Vêtements Trucs et Astuces
Ginette et Ezio
2ème main(S)
La bio, c'est bon pour ma pomme
Encore du saumon
Autopsie d'une fête
Equitable comme le chocolat
Mon beau sapin
Croque la pomme
Logos & labels
Papier recyclé
Chanvre sous les toits
Ecolo chez soi, écolo là bas ?
Métier : devenir ingénieur écolo
Meubles en carton, ça déménage
Jardiner sur le pavé
Briller à tout prix
Jardin high tech

100 ans de confiscation des ressources alimentaires
Finances Solidaires
Les liens

Green Cotton :
http://www.green-cotton.dk
/
Ö ko fair tragen :
http://www.oeko-fair.de/
Oeko tex association :
http://www.oeko-tex.com
/
Ecocert :
http://www.ecocert.fr
/
Eko / Skal :
http://www.skal.com/
Naturtextil :
http://www.naturtextil.com
/
Hess nature :
http:/www./hess-natur.com
/
Otto :
http://www.otto.de
/
Coop Natura Line :
http://www.coop.ch
/
Best / Better :
http://www.naturtextil.com
/
La plate-forme pour
le commerce équitable :
www./commercequitable.org/
Patagonia :
http://www.patagonia.com
/

Livre :
" Vêtement, la fibre écologique "
Ed Terre vivante

 

VETEMENTS
TRUCS & ASTUCES

Le vêtement, c’est une deuxième peau que l’on affiche et dans le flot de tentations, ces quelques critères de sélection peuvent vous guider vers un choix plus responsable tout en alliant pratique et confort, au moins pour les basiques. On ne va pas vous refaire l’exposé de Montesquieu sur les Caprices de la mode, mais souligner que, parallèlement au style, les qualités de vos vêtements s’imposent à vous toute la journée et sur la planète durant leur fabrication....

 

 

Le polaire
Il est léger, tient chaud, sèche rapidement et ne se repasse pas. On le trouve en sweaters, écharpes, bonnets, moufles, même dans les couettes... de quoi s’emmitoufler douillettement pour l’hiver. Fait à partir de différentes bouteilles recyclées, il joint l’utile à l’agréable !

Matières artificielles
Elles sont faites à partir d’une matière première naturelle - la cellulose principalement- et sont considérées comme artificielles à cause du procédé de fabrication. La viscose, présente dans de nombreux vêtements, est obtenue par dissolution de la cellulose dans de la soude caustique, puis un bain d’acide sulfurique et de sulfate de soude : pas écolo du tout... Elle a beau être résistante et facile d’entretien, elle perd sa solidité dès qu’elle est mouillée, se froisse facilement et résiste mal aux bactéries.

2 en 1
Vraiment appréciables en outdoor, les vêtements 2 en 1 sont pratiques. Les réversibles : il pleut, il fait beau, d’une couleur, de l’autre... Les vêtements intelligents : un pantalon transformable en short, avec des zips aux genoux pour le voyage, et hop je mets les jambes à l’arrivée des moustiques, de plus c’est moins lourd dans la valise ! Quant au blouson, en plus de la capuche rétractable, il peut avoir des manches amovibles. Sans oublier les moufles-gants, importées des pays froids.

 

 

Dans la peau de l’autre
Si, en 1994, le mouvement PETA (www.peta.com/) a réussi à faire poser nues les mannequins les plus célèbres du monde, « plutôt à poil qu’en fourrure », cet hiver, les magazines féminins vous engageaient à « oser la fourrure »... Pour ce qui est du lapin, de l’agneau, de la vache, même le cuir d’autruche ou de saumon, il s’agit souvent de la récupe d’animaux d’élevage dont on a consommé la viande. Mais le principe même de la fourrure ouvre la porte à de nombreux abus : on a trouvé des peaux de chats et de chiens -abattus dans d’extrêmes souffrances- en manteaux, bordures de poignets, de cols, et aussi élastiques à cheveux... les étiquettes n’étant pas contrôlées depuis la source, si vous avez un doute, évitez d’acheter. En ersatz, la fausse fourrure permet toutes les fantaisies, mais utilise plusieurs litres de pétrole par manteau... Quant aux fourrures de luxe, inutile de parler des peaux d’animaux sauvages, et même élevés, c’est affligeant de voir Madame vêtue de 70 peaux d’ex-charmants visons maternant son petit chien de race...

Customiser
Vos fringues stockées au fond du placard ne vous plaisent plus ? Avant de les jeter, pensez qu’elles ont certainement une deuxième vie à vous offrir, en les transformant en modèle perso. Couper les manches, le col, coudre une bande... laissez aller votre inspiration ! Idem pour les fripes : souvent de meilleure facture et à un prix imbattable, la veste 50’ chinée sur un coup de cœur, le pantalon 60’, ou simplement la chemise en coton blanc inusable et chicos vous donneront the dégaine unique.

© EKWO

DOSSIER EKWO ATTITUDE

 

Illustrations : Sophie Mérouze

 

 

 

Un simple rectangle aux multiples usages.
Paréo, sarong, sari, lava-lava, zoulou, longgi, pagne, ça reste un rectangle de tissu aux dimensions diverses et de provenance exotique. Il se porte en robe, en jupe, en écharpe ou en ceinture, sert de serviette sur la plage, de nappe ou de tenture au mur. A savoir que le tye dye est obtenu en faisant des nœuds à l ‘étoffe, puis trempée dans différentes teintures, et l’ikat est une technique particulière où les fils sont teints avant d’être tissés.

Avant de jeter
Des collectes sont organisées régulièrement dans de nombreux immeubles, sinon, il y a le choix des conteneurs mis en place par handicap International (paralysés de France ? Secours populaire ?) qui créent un emploi pour chaque conteneur installé, Emmaüs, et si c’est en parfait état, déposez-les au dépôt vente du coin...

Labels
De nombreux labels existent, mais la démarche n’en est encore qu’à ses balbutiements. Les critères peuvent être environnementaux et/ou éthiques, et les organismes de certification sont soit des associations à but non lucratif, soit des firmes fabriquant ou distribuant des vêtements.

 

 

Matières naturelles
Toutes les matières ont des propriétés à exploiter : la laine, par exemple, est un bon isolant thermique et régule l’humidité, la peau respire. Elle donne à la fois une fluidité et un drapé unique en tissu, confort et chaleur en maille. Vérifier l’origine : pure laine vierge non traitée. Elle peut provenir de différents animaux : chèvre (Mohair, Cachemire), mouton (Mérinos), lama (Alpaga, Vigogne)... En principe tondue sur l’animal vivant, elle est comme nos cheveux, essentiellement composée de kératine.

La soie est chaude, isolante et agréable au contact. Solide (autant qu’un fil d’acier de même diamètre), elle dure longtemps ! Elle est agréable l’été aussi, fraîche, fine et légère. Détail technique : la soie est une matière filamenteuse secrétée par les lépidoptères pour confectionner leur cocon, elle est composée d’une enveloppe de séricine (25%) entourant la fibroïne (75%). Elle aurait été découverte 2700 av JC par la femme de l’empereur chinois, en voulant débarrasser ses mûriers des vers qui en mangeaient les feuilles.

Le coton absorbe l’humidité du corps mais isole mal du froid. En revanche, sa culture et son traitement sont extrêmement polluants : préférez le bio, vous sentirez la différence : il est plus souple et plus doux. De plus, sa production intègre de plus en plus la démarche de commerce équitable. La production mondiale de coton représente à elle seule 25% de la consommation des insecticides, pour seulement 3% des surfaces cultivées.

Le lin matière royale des étés chauds (et plutôt secs) : léger, frais, il absorbe l’humidité, est anallergique. Considéré comme le plus vieux textile du monde, solide et quasiment inusable, on lui prête des vertus thérapeutiques et anti-stress : il diminue température et tension musculaire, offrant en draps un sommeil de meilleure qualité. En revanche, il se froisse en permanence et sa culture, bien que moins polluante que d’autres plantes, appauvrit le sol pour quelques années.

Le chanvre Première fibre textile en Europe, le chanvre a des qualités proches du lin. Au XIIIè siècle, sa culture est classée parmi les produits de première nécessité, au même titre que le pain. Il faut dire que l’on utilise tout de la plante ; sa solidité lui a valu d’être tissée pour les voiles des bateaux, des câbles d’ancre, même l’huile intervient dans la préparation de peintures et de vernis. Elle fait son come back grâce aux créateurs comme Giorgio Armani, et Kanabeach également, bien qu’elle soit encore un peu chère car le marché est en train de se développer.




 

 



EKWO.org - Copyright 2010 - Mention légales