au menu d' EKWO
 

En savoir plus

 



 

LES PASSIONAUTES

... rencontre de quelques passionautes qui nous font voyager dans leurs vie.

 

Claude Aubert,
pour l'amour de la bio


Sorti de l’Institut National Agronomique de Paris au début des années 60, Claude aurait pu s’installer dans des fonctions sûres et durables dans des centres de recherches.
Mais voilà, Claude Aubert n’est pas de ceux qui se laissent porter. Déjà à cette époque, à travers ses missions réalisées pour la SEDES (Société d’Etudes pour le Développement Economique et Social) dans plusieurs pays d’Afrique, Claude est frappé par l’inadaptation de l’agriculture intensive, qu’il avait appris à l’école, dans ces milieux tropicaux. « Et puis, ajoute-t-il, il y avait une incompatibilité entre mes convictions et les pratiques d’élevage industriel ou même de culture où les animaux et les plantes sont simplement considérés comme un moyen de production au même titre que le fioul qu’on met dans le tracteur". Il découvre l'agriculture biologique en 1964, et s'installe dans la propriété de l’association Nature & Progrès pour jardiner et expérimenter ces méthodes.
Il conseille les agriculteurs dont certains lui disent "on ne t’écoute pas parce que t’as fait agro mais parce que t’as fait du maraîchage", tout en livrant ses légumes bio aux rares magasins diététiques et adhérents.
Convaincu par la bio, Claude voyage pour découvrir et apprendre. Au fil des ans, il organise des congrès et des conférences, dirige des revues…
En "défricheur", il décide de convaincre à leur tour les particuliers en participant à la création, en 1977, de la revue Les Quatre Saisons du jardinage et de l’association Terre vivante en 1979, et plus tard du Centre écologique. Avec sa soif de découverte, il s’intéresse à l’habitat écologique et à l’alimentation expliquées et exposées dans ce laboratoire grandeur nature. Tout en continuant à défendre l’agriculture biologique : "Il y a 15 ans, la France était le 1er pays européen en matière d'agriculture biologique et maintenant on est quasiment les derniers, en pourcentage de surface agricole… il n'y a pas eu de volonté politique de la développer, mais une volonté de la freiner compte tenu du poids très fort du lobby de l'agriculture conventionnelle".
Claude est bientôt à la retraite. Il projette déjà de prendre plus de temps pour écrire, faire des conférences et continuer ainsi de nous faire part de ses trouvailles…


 

© EKWO

DOSSIER ENVIRONNEMENT & PHENOMENES

 

Illustrations de Stéphane Grosclaude


Farid Ghehioueche,
Désir d'intégration


Farid est un engagé serein. Un de ces hommes trop calmes pour que l'on puisse imaginer la puissance de l'idéologie qui les anime. Lorsqu'il décide de soutenir une cause, c'est en s'alliant le temps et la régularité du suivi. Quand Farid a rejoint Info Birmanie qu'il préside aujourd'hui, il a manifesté devant l'ambassade tous les premiers lundis du mois pendant 6 ans. Armé de son mégaphone, il tentait de "porter la voix de la démocratie réduite au silence", entouré des supporters de ce peuple opprimé et abusé.
La première impulsion qui l'anime est l'élan citoyen. Un citoyen altruiste qui refuse de se laisser prendre au jeu d'une vie consumériste et facile : "On est tous des consommateurs, on a des difficultés à imaginer une autre vie qu'en consommant. On en oublie notre vie de citoyen".
Solidaire des démunis et de ceux dont les droits sont bafoués, Farid cultive depuis l'enfance ses engagements, sans sinistrose. Durant deux ans, il est objecteur de conscience à la Maison du Monde d'Evry, où un concours de circonstances lui confère les responsabilités de directeur. Il organise alors la "Fête des 5 continents" et le "Mois des 3 mondes", événements culturels liant le local au global, pour "confronter les publics à des modes de pensée différents". Plus récemment, il a participé à l'organisation du concert gratuit du contre-G8 où Manu Tchao, Zedess et Tiken Jah Fakoly ont fait vibrer le public en faveur de l'annulation de la dette des pays pauvres. Il est actuellement le coordinateur européen d'ENCOD (European Ngo Council on Drugs Policy) et anime ce réseau œuvrant pour une politique juste et efficace en matière de drogues, ainsi que ce groupe de travail chez les Verts. Son credo : "militer pour la défense des libertés fondamentales et de la solidarité internationale." Farid a 32 ans, un parcours déjà riche et une histoire aux rebondissements prometteurs. A suivre…
MF





Retrouvez également : Les combats de Jeanne Champion, Hervé This et la gastronomie moléculaire, les défis de Ryadh Sallem, Pierre Rabhi en respect de la Terre et de l'Homme, Les engagements de Michèle Rivasi