au menu d' EKWO
LES AUTRES DOSSIERS
La mariage...durable NOUVEAU
Le "bon" prétexte de l'écotourisme NOUVEAU
La fashion se met au bio et à l'équitable NOUVEAU
La Fête écolo NOUVEAU
Les Denst de la Terre NOUVEAU
L'arbre qui cache le Forfait NOUVEAU
Sexy écolo NOUVEAU
Piles pas nickel
Vêtements Trucs et Astuces
Ginette et Ezio
2ème main(S)
La bio, c'est bon pour ma pomme
Encore du saumon
Autopsie d'une fête
Equitable comme le chocolat
Mon beau sapin
Croque la pomme
Logos & labels
Papier recyclé
Chanvre sous les toits
Ecolo chez soi, écolo là bas ?
Métier : devenir ingénieur écolo
Meubles en carton, ça déménage
Jardiner sur le pavé
Briller à tout prix
Jardin high tech

100 ans de confiscation des ressources alimentaires
Finances Solidaires
 

Pour en savoir plus

Ministère de l'éducation Nationale : http://dr.education.fr/dea.html

Isige, centre commun ¦ l'école des Mines de Paris, l'école Nationale des Ponts et Chaussées et l'école Nationale du Génie Rural des Eaux et Forêts : www.isige.ensmp.fr/

L'Institut Supérieur de l'Environnement : www.institut-environnement.org/ise/ise/
institut.html

 


METIERS :
COMMENT DEVENIR UN INGENIEUR ECOLO ?

Il existe de nombreuses formations pour se spécialiser dans l’environnement et le développement durable
si l’on veut devenir un ingénieur de pointe.

École et écologie n’ont pas toujours fait bon ménage. Mais une page a été tournée. Aujourd’hui, les notions d’environnement et de développement durable intègrent de nombreuses formations : le droit, les sciences politiques, les lettres, la médecine, l’économie, la gestion, les sciences humaines et sociales, les sciences de la nature, les mathématiques, les arts, les sports et même la formation d’ingénieur n’échappe pas à la règle !
Initialement, pour devenir ingénieur, l’étudiant suit une formation pour appliquer des théories et des lois scientifiques afin de réaliser un produit (objet, matériau, route, pont, bâtiment), un programme (informatique, équipement, aéronautique), une méthode (management, process de fabrication, plans de formation) ou pour diagnostiquer et prévenir les risques (santé, sécurité, qualité).

Même si l’environnement est une préoccupation récente dans le métier d’ingénieur, de nombreuses formations spécialisées existent et se développent chaque année. Certes, l’approche de la discipline semble encore trop technique et cloisonnée à bien des égards.
Il faudrait faire sauter quelques barrières et motiver l’ensemble des enseignants pour intégrer l’environnement dans chaque domaine technique. Cela dit, les débouchés se multiplient depuis que les grandes entreprises élaborent une stratégie de développement durable et des plans de management environnemental.
C’est d’ailleurs parce qu’ils ont été convaincus de l’intégration indispensable des enjeux du développement durable qu’un groupe de femmes et d’hommes a créé, au sein de la Chambre des Ingénieurs Conseils de France (1), le syndicat “Territoires et Environnement”. Son président, Pierre Audiffren, ancien président de l’Association Française des Ingénieurs Écologues, constate que le regard social et écologique accompagnant leur responsabilité de conseil est de plus en plus reconnu par l’ensemble de la profession.
La fondation de ce nouveau syndicat a pour but de fédérer ces ingénieurs-conseils au sein d’une organisation professionnelle représentative.

(1) La CICF regroupe 10 syndicats et 16 chambres régionales. Elle représente et défend les intérêts moraux et professionnels de l’activité libérale d’ingénieur-conseil auprès des pouvoirs publics, des professions voisines, des organismes et entreprises privées. La branche professionnelle recense aujourd’hui 500 000 salariés au sein de 70 000 entreprises, ce qui la place au 4ème rang économique du secteur industriel français.

Où se former ?
- Ecole des Mines de Nancy : Mastère Spécialisé en Modernisation industrielle et développement durable
www.mines.u-nancy.fr

- Ecole Nationale du Génie de l'Eau et de l'Environnement de Strasbourg (ENGEES) :
Objectif : la gestion durable des ressources naturelles et la protection de l'environnement
www.engees.u-strasbg.fr/formatio/index.htm

- ENSAIA de Nancy (Agronomie et Industrie de l'Agroalimentaire) : D.E.S.S. Ressources naturelles et environnement www.ensaia.u-nancy.fr
- Ecole des Mines de Paris :
Sciences de la Terre et de l'Environnement et Mastère OSE www.ensmp.fr
- Université Paris 7 Denis Diderot :
DEA Environnement : milieux, techniques, sociétés www.diderotp7.jussieu.fr/Diplomes/DEA
- Institut National Agronomique Paris Grignon :
DEA économie de l"environnement et des ressources naturelles (ENGREF - PARIS X - EHESS - INAPG - ENPC)
www.inapg.inra.fr/ens_rech/ses/deaeern.htm
- Université -Paris Sud (Orsay) :
DESS Pollution chimique et environnement
www.do.cso.u-psud.fr/desspce/

- Université Paris VI Pierre et Marie Curie :
www.upmc.fr
5 DEA en Sciences de l"Environnement d'Ile de France
www.admp6.jussieu.fr/Edenvironnement.htm
6 DEA Géosciences et Ressources Naturelles de Paris
www.admp6.jussieu.fr/Edgeosciences.htm
- Université Paris XII Val de Marne :
5 DEA et 1 DESS ¦ dominante scientifique et médicale
2 DEA et 2 DESS ¦ dominante sciences humaines et sociales et sciences Economiques en particulier un
DESS Gestion de l'humanitaire
www.univ-paris12.fr

- Université de Cergy Pontoise :
DESS Relations Publiques de l'Environnement DESS Déchets Solides et Eco-conception
DESS Transports, Territoires, Environnement
www.u-cergy.fr

 

© EKWO

DOSSIER EKWO ATTITUDE






Témoignages

Jean Lebègue, Vice-Président de l’Association Française des Ingénieurs et Techniciens de l’Environnement :

 La notion de développement durable n’est pas scientifique. Notre métier reste un métier technique et les ingénieurs ne sont pas toujours d’accord sur les actions à mettre en œuvre. Par exemple, certains sont pour le nucléaire et d’autre contre. La mondialisation a amené les grandes entreprises à réfléchir dans le bon sens et elles ont compris les enjeux du développement durable. Elles ont désigné des responsables dont le champ de responsabilité a été de plus en plus cerné et il y a encore des expertises sérieuses à mener pendant des années. Mais je reste optimiste.


Alain Bornarel, gérant de TRIBU, Bureau d’Etudes Techniques pour le Bâtiment :

 Ingénieur de formation (École Centrale), je suis venu à l’environnement par intérêt pour l’innovation. La philosophie de la formation d’ingénieur étant la notion de progrès, j’ai été inquiet dans les années 80 de constater que la satisfaction des besoins des personnes allait à l’encontre de la préservation des ressources planétaires. J’ai trouvé dans le développement durable une ligne directrice pour concilier ces deux notions. Il existe des débouchés dans le bâtiment pour les ingénieurs qui abordent l’environnement, dans les entreprises, dans les bureaux d’études mais aussi dans les communes. La difficulté, c’est de trouver des techniciens du bâtiment qui aient une approche environnementale.


Joffrey MAI, jeune ingénieur,
promotion 2001-2002 du DESS Pollutions Chimiques et Environnement d’Orsay :

Après avoir obtenu une maîtrise de chimie organique à Orsay, je pouvais intégrer une école d'ingénieur de Chimie ou opter pour une formation permettant d'entrer plus vite dans la vie active. J’ai choisi la deuxième solution avec le DESS Pollutions Chimiques et Environnement d'Orsay. En avril 2001, j'ai effectué mon stage de fin d'étude chez Renault au sein du service central Hygiène Industrielle Environnement. Objectif : déployer la démarche de management de l'environnement sur le cycle de vie du véhicule. En clair, évaluer toutes les pollutions lors de la fabrication d’une voiture. Après ce stage, j'ai été embauché en CDI dans ce même service avec pour mission de réaliser, sur l'ensemble des sites Renault à travers le monde, l'analyse et la hiérarchisation des risques environnementaux des sites industriels. En fait, les possibilités d'emploi dans le domaine de l'environnement sont en plein développement grâce aux aspects réglementaires qui se renforcent et imposent aux entreprises d’être plus propre.

Propos recueillis par F. Sabard




Formation continue

-  L’Institut d’Hygiène Industrielle et de l’Environnement (IHIE) et le CNAM proposent de nombreuses formations professionnalisantes. Se renseigner auprès du Secrétaire Général du Pôle Environnement au
01 53 01 80 62 et sur leur site www.cnam.fr/instituts/ihie.

- L’Ecole d’Architecture de Paris-La-Villette : L’Architecture à Haute Qualité Environnementale.
Responsables : Pierre Lefevre et Michel Sabard,
tél : 01 44 65 23 55
et www.paris-lavillette.archi.fr







 

EKWO.org - Copyright 2010 - Mention légales