au menu d'EKWO
LES DOSSIERS
Ozone au balcon,
pollutions au salon

Forêt désenchantée
Coktail informatique
Chamane au parfum
Mongolie vers la fin du nomadisme
Homo-destructor
Les passionautes
Abeilles dans le guêpier
Beedie's Story
Briquets jetables
Roumanie, les portes de fer s'ouvrent
Afganistan
Argentine
Des oasis à la révolution bleue
Pollution atmosphérique & biosurveillance NOUVEAU
Nature sur Mesure NOUVEAU
 

Le pôle Nord dérive...
Depuis sa découverte officielle en 1831, dans le sud de l’archipel arctique canadien, on sait que le Pôle Nord magnétique ne cesse de dériver vers le Nord. Des mesures ont été effectuées en 1998, 1999 et 2001 par trois missions scientifiques. Selon la dernière, menée par le Bureau des Recherches Géologiques et Minières, sa vitesse de déplacement s’accélère. Alors que celle-ci était de 10 kilomètres par an avant 1970, elle serait aujourd'hui de 40 km. Conclusion des scientifiques : le pôle Nord magnétique devrait avoir franchi la frontière canadienne d’ici trois ans. Dans cinquante ans, il pourrait se situer en Sibérie. Barjavel aurait-il déjà écrit le scénario catastrophe ?

82 % des fumeurs
vivent dans les pays en développement


Tournez, manèges... hydrauliques

Le principe est simple comme un jeu d’enfants. Pour économiser l’énergie, les Sud-Africains ont relié des pompes à eau à des manèges circulaires. Les mêmes que ceux qui peuvent tourner durant des heures, recouverts de grappes enfantines. A chaque tour de manège, de l’eau est puisée en profondeur puis acheminée et stockée dans un réservoir à proximité. Cette "roue à eau" est propre, locale, discrète et ludique. Depuis 1999, il y en a déjà 500 installées dans des cours d’écoles d’Afrique du Sud. Chacune peut aider à pomper 1400 litres d’eau par heure, garantissant aux gens du village un approvisionnement suffisant en leur évitant de parcourir plusieurs kilomètres. Objectif pour 2008 : couvrir l’ensemble du territoire sud-africain. La corvée d’eau n’est plus qu’un divertissement. www.roundabout.co.za


 

 

Une vigie végétale
Les végétaux peuvent nous aider à détecter la pollution atmosphérique. La bio-indication végétale utilise la réaction naturelle de plantes "sentinelles" aux polluants présents dans l’air. Certaines plantes, très sensibles, réagissent fortement et développent, en présence
de polluants, des tâches et autres nécroses. Le tabac et le trèfle sont ainsi utilisés pour détecter l’ozone. Le lichen, lui, réagit au souffre. A l’inverse, d'autres plantes, résistantes, accumulent sans problèmes les polluants. Le chou et les pins accumulent l'acide fluorhydrique, les mousses préfèrent les métaux lourds. Leur analyse permet de quantifier et d’identifier les polluants ainsi emmagasinés. Cette nouvelle méthode pourrait venir compléter l'arsenal classique de l’analyse de la pollution atmosphérique. Avantages non négligeables : elle est simple, économique, et…pédagogique. Effectivement, pour les pollutions invisibles, chacun pourra apprendre à lire dans les plantes et mesurer la qualité de l'air.
www.nancy.inra.fr/

Née il y a 4 500 ans, en place depuis 3 000 ans, la plus grande plate-forme glaciaire de la région arctique s’est rompue cette année.

Le nucléaire se fissure au Japon
Encore un manque de contrôle dans les centrales alors qu’il est admis que le nucléaire produit des conséquences irréversibles sur l'environnement tant dans le fonctionnement des centrales et dans la production de déchets radioactifs que dans leur démantèlement. Que doit-on penser en France sachant que 58 réacteurs sont en activité et qu'il en existe 446 dans le monde ?
Le débat sur l’Hexagone se voit relancé par le fait que les usines vieillissantes sont sujettes à un redoublement de risques, et qu'avec les difficultés financières d'EDF (qui a le monopole sur le nucléaire), il est problématique de rassembler près de 2 milliards d'euros afin de mettre en conformité les centrales aux normes. La question est grave et pour l'instant aucune solution efficace n’est proposée pour préserver le monde de ce risque.

Les écotechnologies
La Commission européenne a lancé une initiative visant à renforcer l'impact des écotechnologies sur l'environnement, l'économie, l'emploi, les ressources naturelles et la qualité de la vie. Ces écotechnologies mettent au point de nouveaux procédés et produits moins polluants, dont la fabrication a nécessité moins de matières premières (elles mêmes correctement gérées), d'énergie, d'eau, généré moins de dégradation et de pollution, et dont le recyclage est optimisé. La communication "élaboration d'un plan d'action en faveur de l'écotechnologie" ouvre la discussion sur les freins actuels qui nuisent à la concrétisation de cette approche essentielle si l'on veut réellement mettre en oeuvre un "développement durable". Parmi eux, la bureaucratie, le surcoût de ces écotechnologies et l'attitude du public. Les réponses des intervenants contribueront à la préparation d'un plan d'action pour la fin de l'année.

Coquilles d'oeuf pour tableau noir
C’est la rentrée, allons casser des oeufs pour écrire sur le tableau (sic !). Improbable mais vrai. Green Techno 21, une start-up environnementale, va recycler les coquilles d'oeufs pour en faire des craies à destination des écoles. La société Q.P Corp., le plus gros producteur de mayonnaise du Japon, qui recycle déjà ses déchets comme matériau pour l'amélioration des sols et matières premières pour les aliments enrichis en calcium, devrait fournir à Green Techno 21 une part des 20 000 tonnes de coquilles d'oeufs produites annuellement.

 

 

<< Retour

ENVIRONNEMENT & PHENOMENES

" Quand nous gaspillons et détruisons les ressources naturelles, quand nous dépouillons et épuisons la terre au lieu d’œuvrer à en accroître les bienfaits, nous compromettons aujourd’hui et pour l’avenir, une prospérité que, par obligation naturelle, nous devrions avoir à cœur de démultiplier et de développer pour la transmettre à nos enfants ". Ces propos que l’on pourrait aujourd’hui reprendre mot à mot pour étayer les fondements du développement durable ont été tenus par Théodore Roosevelt face au Congrès en décembre 1907 !.

Une bactérie pour sauver la pierre
Nos monuments, construits essentiellement en marbre et pierre calcaire, souffrent de la pollution urbaine et des pluies acides qui les rongent. Jusqu’à présent, les méthodes utilisées consistaient à recouvrir et protéger en surface la pierre d’un traitement imperméable mais sensible à l'usure. Le professeur Carlos Rodriguez Navarro, de l'université de Grenade, teste actuellement une bactérie tellurique qui produit du carbonate de calcium.
Elle se faufile dans les pores de la pierre et la consolide en recréant des cristaux au contact du calcaire. L'avantage est que ce procédé pourrait être appliqué aux édifices comme aux statues, car il laisse respirer la pierre, évitant ainsi les moisissures intérieures qui pourraient les fendre.

1 mégot de cigarette jeté
sur la place met 6 mois
à se dégrader.

De l'amidon à toutes les sauces
L'Institut de Chimie et Technologie (ICT) près de Karlsruhe (Allemagne), a développé une neige artificielle à base d’amidon de pomme de terre et de maïs. Jusqu’à présent, la neige artificielle utilisée pour le cinéma et la publicité était composée de copeaux de polyéthylène. Il était difficile de la ramasser après usage, et donc inévitable que des miettes de plastique non biodégradable persistent sur le site. A l'opposé, la neige artificielle faite avec cet amidon ne nécessite pas d'être aspirée ni nettoyée, car une simple pluie suffit à la dissoudre. De même, ces flocons d'amidon sont parfaitement adaptés pour les décorations de Noël sur les vitrines des magasins. Il suffit d’humidifier le verre de la vitre et l'amidon s'y colle. Grâce à ses propriétés adhésives, on peut même en faire des bonshommes de neige. Avec un peu plus d'eau, l'ensemble se dissout. L'amidon de pomme de terre et de maïs est aujourd'hui utilisé pour fabriquer les sacs de supermarché -pourvu que les enseignes l'adoptent, les gobelets, couverts jetables, stylos etc (distribué en France par Yokozuna, 77)

33 % : taux de développement annuel de l'énergie éolienne, c'est la source d'énergie renouvelable la plus rapide en expansion.

Quand les vers de terre font les poubelles
Depuis juin 2003, l’entreprise Wormtech Limited récupère les déchets ménagers sur l’ensemble du pays de Galles dans le but de les transformer en matière organique. Comment ? Grâce à une technique très naturelle : l'intégration de vers de terre. Le procédé est simple. Pendant deux mois, les déchets sont transformés en compost, commence ensuite le travail des vers de terre. Pendant un mois leur tâche est simple : manger le compost, le digérer et excréter. Cette matière recueillie entre dans la composition d’une douzaine de produits différents comme les engrais biologiques. Pour l'instant, l’entreprise se fournit auprès des 700 élevages de vers existant dans le pays mais compte bien développer le sien. Un recyclage 100% naturel, en vers et contre tout !

40 % de la population mondiale vit près des côtes et en 2010, 80% des habitants pourraient vivre sur une bande littorale de 100km de large, selon le PNUE.

Les TIC, besoin au Nord, solution
au Sud

Direction l'Inde du Sud, à l'ouest de Pondichéry. A l'info-centre, un pêcheur a trouvé un emploi de pompier et un agriculteur a appris le moyen d'éradiquer un parasite qui menaçait ses récoltes de canne à sucre.
Les journaliers agricoles ne se font plus exploiter désormais car ils sont informés des minima sociaux, les producteurs connaissent les prix du marché, les pêcheurs la météo, des groupes féminins d'entraide se sont montés, des projets de micro-crédit, des micro-entreprises… tout cela par la magie de la communication.
L'intervention de la fondation Swaminathan, soutenue par un réseau croisé d'aides internationales, a permis de connecter, dans le cadre d'un projet pilote, une dizaine de villages dans un rayon de 25 km par un système mettant en œuvre plusieurs moyens technologiques de transmissions de données et de messages vocaux (PC, duplex, téléphone, radio, webcams), alimentés en majeure partie par l'énergie solaire. Des informations utiles sont collectées de différentes sources ; petites annonces, offres d'emploi, conseils d'ordre administratif sont intégrés à la vie locale. La démarche, basée sur l'échange et la participation, se veut pro-pauvres, pro-nature et pro-femmes car elles partagent plus facilement avec leur famille le profit des technologies. Une belle démonstration qu'il faut considérer les gens avant l'outil, leurs besoins avant le moyen, pour rendre tout système efficace.




Suite >>
 

EKWO.org - Copyright 2010 - Mention légales