au menu d'EKWO
LES DOSSIERS
Piles pas nickel
Vêtements Trucs et Astuces
Ginette et Ezio
2ème main(S)
La bio, c'est bon pour ma pomme
Encore du saumon
Autopsie d'une fête
Equitable comme le chocolat
Mon beau sapin
Croque la pomme
Logos & labels
Papier recyclé
Chanvre sous les toits
Ecolo chez soi, écolo là bas ?
Energies renouvelables, solutions idéales
Métier : devenir ingénieur écolo
Meubles en carton, ça déménage
Jardiner sur le pavé
Briller à tout prix
Jardin high tech
Le "bon" prétexte de l'écotourisme NOUVEAU
La fashion se met au bio et à l'équitable NOUVEAU

Bienvenue dans le vrai monde
Léo, cochon sans histoire, vit paisiblement dans sa ferme familiale. C'est là que Mouhpheus, un taureau en imper et lunettes noires, vient le chercher. Il lui propose de visiter le vrai monde, la Meatrix (de meat, viande en anglais), où Léo accepte de le suivre pour connaître la vérité. Cette parodie en animation flash du film Matrix explore la réalité de l'élevage industriel : animaux entassés, nourriture trafiquée, mutilation, usage abusif d'antibiotiques provoquant l'apparition de germes de plus en plus résistants, pollutions massives des sols et rivières dues à la concentration extrême de rejets animaliers sur un même lieu, etc.
On regardera son escalope de poulet ou sa tranche de jambon d'un autre air, en comprenant mieux d'où viennent son aspect et son goût... Cette animation pleine d'humour a été conçue par Free Range Graphics qui a également réalisé des campagnes de même facture pour Friends of the Earth (les Amis de la Terre), Amnesty International, Greenpeace, etc. Elles sont visibles ici




Méfiez-vous des apparences

Vous vous étonnez parfois de découvrir dans votre frigidaire des aliments qui ne pourrissent pas, même au bout d'un mois. Non, ce n'est pas parce que votre frigidaire est tellement puissant qu'il garde la jeunesse des aliments mais cela vient des aliments eux-mêmes. Figurez-vous qu'entre leur production et le moment où ils sont mis en vente, de nombreux produits tels que volaille, herbes aromatiques, crevettes surgelées, poissons, fruits et légumes,... subissent de plus en plus un processus d'irradiation. Ce fait est ignoré par la grande majorité des citoyens car l'industrie de l'irradiation, non soumise à une législation stricte et contrôlée, joue sur les termes : à la place d'irradiation, on lit "ionisation" ou même "pasteurisation à froid". Pourtant, ce procédé consiste à exposer des aliments à de hautes doses de radiations ionisantes, soit par rayons gamma (issu de substances radioactives, le Cobalt 60 ou le Césium 137), soit par électrons projetés à une vitesse proche de celle de la lumière. Ce "traitement" supprime les bactéries et les insectes présents sur les aliments et permet d'en allonger la durée de conservation.
Or, certaines bactéries sont très utiles puisqu'elles agissent sur l'apparence des aliments (pourrissement, odeur) et permettent ainsi aux consommateurs de repérer les aliments douteux.
Les aliments irradiés paraissent sains, mais ne le sont pas toujours. Non seulement ces aliments perdent de leurs qualités nutritionnelles mais peuvent aussi favoriser l'apparition de cancers, de maladies cardio vasculaires... C'est pourquoi un groupe d'associations, comprenant la Confédération paysanne, le MDRGF, la Criirad, le Réseau "Sortir du nucléaire", Action Consommation, la Fédération Nature et Progrès, lancent une grande campagne d'opinion dans le but d'obtenir au nom du principe de précaution l'étiquetage clair et obligatoire des aliments irradiés, et à terme l'interdiction de ce traitement.
Pour éviter ces produits, achetez chez le producteur local, le paysan voisin, préférez bio.. et demandez des informations à votre distributeur habituel, tout en le faisant savoir autour de vous…
Pour de plus amples informations et signer l'appel, reportez-vous au site :
www.actionconsommation.org/publication
/article.php3?id_article=337



175 permis de construire pour des éoliennes ont été délivrés en France métropolitaine et dans les DOM entre le 1er juillet 2001 et le 1er février 2004


Cercueil écolo
Le souci de l'environnement se manifeste partout, jusque dans les professions les plus improbables, a priori.
Le fabricant anglais de cercueils J.C. Atkinson & Son Ltd, qui produit 10% des cercueils vendus en Grande-Bretagne, participe à la lutte pour la protection de l'environnement autant par sa politique d'achat de matériaux que dans sa gestion de la fabrication et du retraitement des déchets. Cette entreprise propose des cercueils en bois issu de forêts gérées de manière durable et labellisées FSC (Forest Stewardship Council). Certains sont en aggloméré contenant un fort pourcentage de bois recyclé. L'utilisation des solvants dans la finition des cercueils est réduite et les déchets ligneux sont intégrés dans un circuit de recyclage. Depuis 2002, c'est l'ensemble de la chaîne de production de J.C. Atkinson & Son Ltd. qui a été labellisée FSC.

www.coffins.co.uk



Pour un sari de 15 000 roupies, seuls 10% rémunèreront la famille de 4 personnes qui auront travaillé dessus pendant 20 jours, soit un salaire mensuel de 7, 5 euros.






 

<< Page Précédente

 

© EKWO

KALEIDOSCOPE ATTITUDE

Si t'as une caisse passe à la caisse
L'an dernier, Londres osait imposer une taxe aux véhicules circulant au cœur de la ville. Le bilan à ce jour montre l'efficacité du système : le trafic automobile en centre ville a baissé de 16 % -soit 50 000 véhicules par jour-, les embouteillages de 30 %, alors que les déplacements en vélo ont augmenté de 30 %, l'usage des taxis de 20% et 15 000 passagers supplémentaires prennent les autobus à l'heure de pointe du matin. Tous ces changements ont permis de réduire les embouteillages d'environ 30 %.
Rappel des mesures : chaque conducteur de véhicule doit s'acquitter de 5 livres sterling pour pouvoir y circuler, du lundi au vendredi de 7h à 18h30, sauf les taxis, les services de secours, les personnes handicapées et les véhicules consommant des carburants alternatifs. Il est presque impossible d'y échapper : un réseau de 800 caméras enregistre et compare dans une base de données les plaques d'immatriculation des véhicules, et vérifie si leurs propriétaires se sont bien acquittés de la taxe, impliquant des amendes allant de 40 à 120 livres. Plusieurs villes britanniques sont intéressées par l'exemple londonien. Durham - connue pour sa cathédrale et son château - a été la suivante à s'y mettre.
Cette forme de régulation de la circulation dans un centre-ville n'est pas nouvelle. Trondheim en Norvège vit avec un tel système depuis plus de 10 ans, créé afin de financer un réseau routier autour de la ville et le développement des transports en commun ainsi que d'autres projets environnementaux.
Combien de temps faudra-t-il attendre pour inaugurer cette méthode en France ? Mesdames et messieurs les maires, osez !

2 millions de Français achètent chaque semaine de la presse people.

Passion-poisson, attention !
Le charme de Nemo a opéré et les aquariums s'installent dans les foyers. Mais il faut être vigilant sur l'origine des poissons…
En effet, un rapport effectué par le Centre mondial de surveillance de la conservation du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE-WCMC) s'inquiète face à la constante augmentation du marché aquariophile marin aux Etats-Unis et en Europe.
1 471 types d'espèces, plus de 20 millions de poissons tropicaux et 12 millions de coraux durs sont prélevés chaque année de leur environnement naturel pour rejoindre les aquariums domestiques. Les moyens utilisés sont parfois cruels et dévastateurs. Certains pêcheurs indonésiens utilisent par exemple du cyanure de sodium pour paralyser les poissons et les "cueillir" plus facilement. Résultat : les coraux et micro-organismes sont tués sur place et les poissons survivent au transport mais meurent peu après leur achat. La pêche pour aquariums, concentrée essentiellement dans le Sud de l'Asie mais également dans le Pacifique et l'Océan Indien, représente un bénéfice de 200 à 330 millions de dollars par an et attire nombre de pêcheurs locaux. Et pour cause : aux Maldives par exemple, 1kg de poissons d'aquarium peut valoir 500 dollars quand les comestibles ne rapportent que 6 dollars... Un problème sensible : comment réguler le pillage de la mer sans réduire les sources de revenu de certaines régions ?
Rapport en anglais sur www.unep-wcmc.org


Forêt tropicale, vers un pillage volontaire ?

3e exportateur mondial de bois tropical et 1er exportateur européen de bois tropical africain, la France est friande de teck, acajou, palissandre.
Ces essences, qui semblent taillées pour nos parquets, nos meubles ou notre mobilier de jardin, sont pour la plupart issues d'un commerce illégal.
Tous les ans, 14,2 millions d'hectares de forêts tropicales disparaissent (soit l'équivalent de l'ensemble des forêts françaises), entraînant dans leur chute celle des peuples autochtones et des espèces locales. Pour y remédier, l'Union européenne vient d'adopter un plan de lutte contre le commerce de bois illégal. Cette première avancée est basée sur des accords volontaires et jugée trop superficielle par l'association Greenpeace qui considère que " des quantités considérables de bois illégal continueront d'être importée dans l'UE en provenance de pays non-signataires d'accords ou de pays tiers spécialisées dans les produits manufacturés et la transformation du bois. Le tout avec la complicité et l'impunité de certaines entreprises européennes et de réseaux de criminalité organisée ". En attendant mieux vaut se tourner vers les produits labellisés FSC (Forest Stewardship Council). Ce label bénéficie du soutien de toutes les organisations environnementales et garantit une gestion forestière responsable.
http://eu.greenpeace.org/downloads/forests/
BriefingOnCommunicationOnActionPlan-Fr.pdf

                                                                   Page Suivante            

   
 

EKWO.org - Copyright 2010 - Mention légales